Samedi 29 avril 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





Monsieur Balthazar Baro

Acte I scène 1

Et bien ! non, la voix, au fond de la salle, a beau s'égosiller :
Monsieur de Cyrano
Vraiment nous tyranise,
Malgré ce tyranneau
On jouera la Clorise !

on ne jouera pas la Clorise, Cyrano n'en veut pas. Mais pourquoi donc ?



Heureux qui loin des cours, dans un lieu solitaire,

Se prescrit à soi-même un exil volontaire...


Ces deux premiers vers sont bien les deux premiers de La Clorise mais le troisième, Et qui, lorsque zéphir a soufflé sur les bois... est d'Edmond Rostand lui-même !



Au risque de se faire pâmer d'indignation les précieuses dans leur loge Notre Baro ! Ma chère !, Cyrano estime que Les vers du vieux Baro valant moins que zéro, il peut les interrompre sans remords. Mais, on le sait, la vraie raison n'est pas là : c'est Montfleury qui est la cause de la colère, colère qu'il ne maîtrise plus, se permettant même, presque mufle, de lancer aux Précieuses cet avertissement bien peu digne de lui : Inspirez-nous des vers... mais ne les jugez pas. On l'a connu plus galant... Non, ce n'est pas le respectable académicien qui est en cause, et son jugement n'est qu'un prétexte supplémentaire pour faire sortir de scène Monfleury. Balthazar Baro, en effet, a été le dernier secrétaire d'Honoré d'Urfé, célébrissime auteur de l'Astrée, dont il a lui-même écrit les derniers chapitres après la mort de son maître. Or Cyrano n'hésite pas à faire référence à l'un de ses personnages quand il s'affirme Elégant comme Céladon dans la Ballade du duel. Cyrano, ou du moins Savinien, ne doit pas détester tant que cela ces Pastorales, genre littéraire dont s'inspire La Clorise et où les prés sont le lieu d'un bonheur à portée de réalisation*, lui qui à écrit dans ses Lettres diverses : « Monsieur, le ventre couché sur le gazon d'une rivière, et le dos étendu sous les branches d'un saule qui se mire dedans, je vois renouveler aux arbres l'histoire de Narcisse ».



*Hubert Houdoy dans ses pages consacrées à Balthazar Baro (voir lien)



Page précédente Page suivante


  Lien(s)

»  Balthazar Baro

»  La Pastorale


Publié le 07 / 03 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.