Dimanche 28 mai 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





C'est ma blessure d'Arras...

Acte V, scène 5

Il est possible de penser que c'est en entrant aux régiment des Gardes que Savinien décide d'ajouter « de Bergerac » à son nom, manière habile de s'intégrer à cette compagnie de Gascons qui composaient presque seuls cette compagnie, rappelle Le Bret.


1639 - C'est assez courant en effet de rajouter le nom de son domaine à son patronyme ; son frère Abel fera de même, en choisissant, lui, d'ajouter le nom de l'autre fief, Mauvières. Seul petit problème, mais dont Savinien ne s'embarrasse pas : à ce moment-là, son père a vendu leur propriété depuis quelques années déjà !



Les Espagnols, grâce aux alliances de la famille de Charles Quint, encerclent la France, depuis l'Espagne jusqu'à la Flandre (Lille, Dunkerque, Arras), en passant par le Languedoc, la Bourgogne, et les terres du Luxembourg et de la Belgique d'aujourd'hui. Piccolomini à la tête des troupes espagnoles, assiége Mouzon, petite commune des Ardennes. Entre autres régiments, celui des Gardes est chargé de l'en déloger... Le Bret rapporte qu'au cours de la bataille, Savinien « reçut un coup de mousquet au travers du corps... »



Courageux, téméraire, Savinien est surnommé par ses camarades, le "Démon de la bravoure".



L'année suivante, c'est Arras. Dans Cyrano, Rostand / Le Bret résument parfaitement la situation :

Rien de plus compliqué que ce siège d'Arras :

Nous assiégeons Arras ? nous mêmes, pris au piège,

Le cardinal infant d'Espagne nous assiège
. (Acte IV, scène 1).



Les Espagnols chantaient « Quand les Français prendront Arras, les rats mangeront les chats ». Mais, après de violents combats ? c'est là que se situe l'épisode véridique de l'écharpe blanche de de Guiche, les Français dont beaucoup eurent l'obligeance de se faire tuer reprirent Arras le 9 août 1640.



Ils gardèrent la chanson ; il suffisait d'enlever un ?p? à « prendront » pour que la chanson devienne « Quand les Français rendront Arras, les rats mangeront les chats ». Habile, non ?



Seulement, Savinien est à nouveau blessé : « Un coup d'épée dans la gorge... ». D'Artagnan lui aussi reçoit un mauvais coup. Qui sait si les deux soldats ne se sont pas rencontrés dans un dispensaire ?



Page précédente Page suivante


  Galerie












  Lien(s)

•  Mouzon

•  Arras


Publié le 24 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.