Mercredi 26 avril 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





La septième scène de l'acte V

Une suite courroucée, par Alain Fraitag

Ce passionné de Cyrano en veut à Roxane depuis toujours. Fallait-il qu'elle ait l'esprit étroit ou le c?ur trop léger pour ne pas se rendre compte de la vérité ? Alain Fraitag a demandé à Le Bret et à Ragueneau de dire à Roxane, une bonne fois pour toutes, ses quatre vérités. Dont acte.


Cyrano vient de s'effondrer après avoir dit qu'il emportait avec lui son panache. Roxane, Ragueneau et Le Bret restent un moment pétrifiés. C'est évidemment Roxane qui se ressaisit avant les autres.



Roxane

Est-il vraiment parti, ou s'il respire encore?



Le Bret

Hélas, Madame, hélas, je crois qu'il est bien mort.



Ragueneau qui s'est agenouillé auprès de Cyrano et a vainement tenté d'entendre sa respiration

Pour souffler des bons mots, ne comptons plus sur lui.

Son dernier souffle, il vient de le rendre aujourd'hui.



Roxane

Ce pauvre Cyrano, j'ai donc fait son malheur

Pour n'avoir pas compris qu'il faisait mon bonheur.

Jusqu'au jour où, du ciel, je franchirai le seuil,

Je dois, dès aujourd'hui, porter un double deuil,

Pour lui et pour Christian: c'est l'ironie d'un sort

Qui, pour un seul amour, deux fois me donne un mort.



Le Bret

Vous l'avez déjà dit, il y a moins d'une heure.

Peut-être pourriez-vous, Madame, par pudeur

Pour celui qui savait si bien dire ?je t'aime?,

Eviter, pour l'instant, de vous citer vous-même.



Ragueneau

?Voilà Le Bret qui grogne?, aurait dit Cyrano.



Le Bret

Je ne grogne pas mais ne mâche pas mes mots.

Si vous l'eussiez aimé, Madame, oh!seulement

Un dixième de ce qu'il vous aimait, cet amant

Vous eût fait connaître de ces sommets sublimes,

Privilège de ceux dont les instants intimes

Se constituent de milliers, de millions d'atomes,

Comme autant de moments de bonheur réunis...



Roxane

Le Bret, je vous en prie, laissez-donc ce fantôme.



Le Bret

Mon Dieu! J'en étais sûr: déjà il est banni

De votre coeur, à peine il y était entré.

Son corps est encore chaud, et vous le répudiez.

Comme s'il n'avait pas, déjà, assez souffert

De ne pouvoir que dire en voyant l'autre faire.



Ragueneau

Le Bret, tu exagères...



Roxane

Non, laissez-le parler.



Le Bret

Ne vous attendez pas que je vous remercie

De me laisser vous dire ainsi vos vérités.

Cyrano est bien mort, et vous l'avez occis.



Ragueneau

Mon ami, je t'en, prie. Vois, la douleur t'égare...



Roxane

Laissez-le, Ragueneau: il faut que j'aie ma part.

Le moins qu'on puisse dire est que j'ai mal compris

Où était mon bonheur, où était ma vraie vie.



Le Bret

A ne surtout rien voir, à ne comprendre rien,

Parmi tous ses amis, la seule vous fûtes bien.



Roxane

Mais vous tous, ses amis, vous auriez dû me dire...



Ragueneau

Il nous interdisait de révéler sa flamme

Et nous nous gardions bien de déclencher son ire

Car nous aurions risqué de tâter de sa lame.

Il est bien mort d'amour, aucun autre ennemi

N'aurait pu, au combat, venir à bout de lui.



Roxane

Ragueneau, tu te mets dans un drôle d'état.

Tu sais bien qu'il est mort dans un triste attentat.



Le Bret

Ne niez point, Madame, un aspect qui vous blesse.

C'est à cause de vous qu'il est mort de tristesse.



Roxane

Allons, Le Bret, cessez...



Le Bret

Non, vous m'écouterez.

Je répète, Madame, que vous ne pouvez nier

Qu'en votre compagnie il eût été heureux

Et aurait plus songé aux transports amoureux

Qu'à ses pamphlets violents, ses virulents libelles.

Sans renoncer vraiment à ses nobles querelles,

Tout à l'amour de vous il se fût consacré,

Et ses traits eussent donc été moins acérés.

En tout cas ses victimes, forcément moins nombreuses,

Se seraient, à coup sûr, montrées moins courageuses

Et n'auraient jamais pu organiser ce crime

Qui nous prive à jamais de cet être sublime.



Ragueneau et Le Bret s'approchent de Roxane, et elle les prend chacun par la main.



Roxane

Vous êtes dans le vrai, je dois le reconnaître,

Et je suis sûre, au moins, de n'aimer qu'un seul être,

Car c'est bien Cyrano, rétroactivement,

Que je pleure en ces lieux depuis bientôt quinze ans.

Mais je suis jeune encore, et vingt autres années

Que je vais vivre ici, regrettant et priant,

Montreront, je l'espère, à chaque mal-pensant,

Combien, au fond de moi, je l'ai toujours aimé.





R I D E A U





Page précédente Page suivante


FRANCE


  Auteur

Alain Fraitag

Alain Fraitag
Avocat
Lui écrire


Publié le 27 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.