Lundi 27 mars 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Sur scènes et sur écrans

2007 - Lula Suassuna

Paris ? Th√©√Ętre du Lucernaire

Une nouvelle adaptation ? Une nouvelle mise en scène ? Encore ? Oui !
Pour qu'un nouveau public, une nouvelle troupe, s'emparent de cette pièce et la fassent vivre, s'en saisissent, lui insufflent ce que personne encore ne lui avait insufflé, se l'approprient, lui offrent une nouvelle vie dans leur imaginaire, leur univers personnel nourri de leur propre vie, jamais épuisé, riche au contraire d'autant d'images, d'émotions, de sensations originales qu'il y a de nouveaux acteurs et de nouveaux spectateurs?





Mise en scène de Yves Morvan



Cyrano, Roxane, Christian, Ragueneau, De Guiche, Le Bret : six ic√īnes pour six milliards d'individus sur terre, chacun pouvant aimer, souffrir, rire, pleurer, s'√©merveiller, se battre, s'affronter avec eux?



Une √©ni√®me version, donc, mais pas n'importe laquelle : un Cyrano intime. Un Cyrano proche de nous, o√Ļ l'on pr√©f√®re un l√©ger d√©tournement du regard √† une bataille rang√©e, une f√™lure dans la voix √† une algarade, une amiti√© timidement naissante √† mille embrassades, et une larme vite effac√©e √† une col√®re tonn√©e. Un Cyrano intime o√Ļ le d√©cor est r√©duit au minimum pour laisser s'exprimer les corps et les voix. Un Cyrano r√©duit dans sa dur√©e mais o√Ļ l'on retrouve les plus belles sc√®nes de la pi√®ce d'Edmond Rostand. Pas toutes, non. Mais Ragueneau, le p√Ętissier, po√®te et ami fid√®le se fait un plaisir de nous raconter, de ses vers de mirliton, la trame de l'histoire quand elle risquerait de nous √©chapper.

Le travail a √©t√© orient√© vers l'int√©riorit√© et la sobri√©t√©, pour tenter de faire appara√ģtre toute l'humanit√© et toute la richesse int√©rieure des personnages imagin√©s par Rostand.



Le mot "personnage" ici me gêne, mais je n'en ai pas d'autre? S'attaquer à Cyrano, à Roxane, à Christian? est aujourd'hui un défi. Ce sont presque des archétypes. Et des interprétations célèbres les ont marqués. Il a fallu, comme le voulait Vitez, faire primer le jeu, et créer des êtres de scène hybrides, nourris aussi de la vie même des acteurs les incarnant.

Mais en de√ß√† m√™me de ces consid√©rations d'incarnation, ce qui me semble m√©riter le d√©tour, chez Bergerac, ce n'est pas qu'il vienne √† bout, tout seul, de cent brutes avin√©es. C'est qu'il soit complex√©, malheureux, amoureux, avide d'amiti√©. Que, sous des dehors de bretteur plein d'esbroufe, se cache, bien s√Ľr, un homme qui souffre.



Roxane n'est pas simplement une précieuse qui fait tomber tous les coeurs. Elle est dotée de ce courage qui la fait voler au secours de son mari en plein champ de bataille, et d'une fidélité sans faille à sa mémoire. J'aime voir l'émotion qui l'enserre quand, enfin, elle ouvre les yeux sur les amours mortes...



Ragueneau est p√Ętissier et po√®te, mari tromp√© et moucheur de chandelles d√©√ßu par Moli√®re, chroniqueur, m√©morialiste √©mu et ami fid√®le, d√©sesp√©r√©, de Cyrano.



De Guiche, le méchant de l'histoire, représentant des puissants, sans coeur et manipulateur, est aussi fidèle à Roxane malgré tout, et envie Cyrano.



Christian est beau et brave mais, surtout, il est prêt à s'effacer derrière Cyrano. Le Bret est plus un ami qu'un militaire?



On rit, on pleure, on esp√®re, on admire, on est √©mu... Les vers de Rostand sont l√†, bien s√Ľr, tels qu'ils sont rest√©s grav√©s dans les m√©moires.



Un Cyrano intime, donc, mais un vrai Cyrano?



© Yves Morvan


________________________________________________

La critique d'un spectateur : Yves-Emmanuel Dulauroy

Cher ami cyranologue,

Or donc, comme promis, voici mon compte rendu sur le spectacle "Cyrano intime" que j'ai vu avec mon épouse ce lundi.

A partir du noir qui se fait sur la sc√®ne, appara√ģt un tableau muet : Cyrano mort dans les bras de Roxane, Le Bret et Ragueneau. Le noir se fait √† nouveau et dans un autre coin de la sc√®ne, celui qui se dit √™tre Ragueneau √©crit sur une petite table avec "une plume...de cygne". Il √©crit, dit-il, ses m√©moires en vers, parfois de mirliton. Les diff√©rentes sc√®nes qui vont suivre seront des illustrations de son r√©cit :

- Acte I :
La tirade des nez,
La demande de rendez-vous de Roxane par sa duègne.

- Acte II :
L'entrevue Cyrano<=> Roxane "quel courage...Oh! J'ai fait mieux depuis",
La tirade des "Non merci",
Le récit du combat suivi des "nez" de Christian,
Le pacte entre Cyrano et Christian.

- Acte III :
L'entrevue de Roxane<=>de Guiche,
La scène du balcon.

-Acte IV :
Cyrano rentre au camp,
De Guiche se vante et annonce son plan,
L'arrivée de Roxane,
La mort de Christian.

-Acte V :
De Guiche et Roxane parlent dans les allées du parc du couvent,
Arrivée et sortie de Le Bret et de Ragueneau.
La gazette de Cyrano,
Cyrano lit la dernière lettre de "Christian" : "Ces pleurs étaient de vous ? Ce sang était le sien",
La mort de Cyrano.

Cette soir√©e fut tr√®s rafra√ģchissante, je veux dire par l√† que loin des acteurs en nombre pl√©thorique et des d√©cors √©crasants, nous avons eu une "lecture" simple et de bon aloi. Il y eu parfois des approximations de jeu et de diction, des trous de m√©moire. Mais la jeunesse et la fougue, dont les six acteurs (Roxane, Cyrano, Christian, de Guiche, Le Bret, Ragueneau) firent preuve, √©tait vraiment sympathique.

Cependant quelques remarques :

- Pourquoi Cyrano n'avait-il pas un grand nez ?

- Pourquoi "Cyrano intime" alors que "les mémoires de Ragueneau" ou "Cyrano par Ragueneau" auraient été plus justes ?

- Il manque, lors de la mort de Christian un coup de feu. C'est un accessoire simple et qui souligne utilement le moment tragique.

Encore un mot √† propos de la musique : c'est le Re Quiem de Mozart qui a √©t√© choisi comme musique de transition entre certaines sc√®nes. Superbe ! Mais qu'on le prenne par n'importe quel bout, c'est anachronique ! Soit du temps du "vrai" Cyrano ou de la pi√®ce de Rostand, o√Ļ Mozart n'√©tait peu en vogue. Je ne suis pas un sp√©cialiste des choses de la musique, mais des gens comme Marin Marais, Monsieur de Sainte Colombe, ou encore Lully, pouvaient faire l'affaire.

Que la troupe m'excuse si j'ai oublié des moments importants mais je fais ce compte rendu dans l'espoir de vous donner l'envie d'y aller, vous, vos proches et les adhérents.

Saviniennement v√ītre.
Yves-Emmanuel Dulauroy et Geo Dulauroy



Page précédente Page suivante


FRANCE


  Galerie










  Lien(s)

»  Le site du spectacle


Publié le 09 / 02 / 2007.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.