Dimanche 22 octobre 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





« Les exigences imbéciles de l'auteur »

Le souci du détail.

A la répétition générale, Edmond Rostand enfila un costume pour diriger lui-même des figurants qu'il ne jugeait pas suffisamment en situation. Sa femme, Rosemonde Gérard ? à qui il arriva de jouer Roxane à la place de Marie Legault , créatrice du rôle - partageait ce même souci : juste avant le soir de la première, elle courut chez un traiteur voisin du théâtre acheter force poulet et gibiers pour que la rôtisserie de Ragueneau soit plus appétissante qu'avec les volailles de carton proposées par l'accessoiriste !


Les exigences imbéciles de l'auteur

Au cours d'une répétion, alors que Le Bargy reprenait le rôle, Rostand harcela Hertz, le directeur de la Porte Saint-Martin, de tant de remarques de détail à propos de la mise en scène que celui-ci explosa : Mon cher grand ami, vous avez des exigences imbéciles !. Rostand disparu et monta dans le bureau de Hertz, qui ne tarda pas à le rejoindre pour lui présenter des excuses. Il le trouva en train d'achever une longue liste de remarques intitulées, Mes exigences imbéciles, parmi lesquelles on trouvait, concernant le premier acte :

- De la verrerie moins Fallières.

- Des bouteilles, pas de Bénédictine.

- Que Dannequin (acteur jouant un garde) embrasse vraiment cette bouquetière.

- Des macarons.

- Qu'on ait l'air de s'intéresser au duel. Que des gens grimpent sur les marches d'escalier.

- Moins de grosse voix de Le Bargy. Que le père de famille parle plus clairement.



Com?dia du 28 décembre 1925, cité par Jacques Truchet (voir bibliographie)





Autre anecdote, citée par le journaliste et critique Guillot de Saix, dans Le Journal du 28 décembre 1938, alors que Cyrano entre à la Comédie Française :



La veille de la répétition générale, Edmond Rostand s'aperçut avec effarement que Ragueneau avait dit que son héros portait :

« Feutre à panache triple et pourpoint à six basques » et que le pourpoint porté par Coquelin n'avait pas de basques du tout ; une correction hâtive remis les choses au poiont, et Jean Coquelin dut dire désormais : ... « et pourpoint veuf de basques ».





Page précédente Page suivante


  Galerie




Publié le 23 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.