Jeudi 23 novembre 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Coquelin, le 1er Cyrano

Constant Coquelin (1841 - 1909)

Coquelin, un acteur comique qui possède des dons dramatiques selon Le Bargy qui lui succédera dans le rôle.


Buste de Coquelin par Auguste Maillard. © Fonds ancien, ville de Dieppe - carton n°11, doc n° 94.

Buste de Coquelin par Auguste Maillard. © Fonds ancien, ville de Dieppe - carton n°11, doc n° 94.
Fils d'un boulanger, Constant Coquelin dit l'Aîné, (pour le distinguer de son frère également comédien), est né à Boulogne-sur-Mer en 1841.

« 1er prix de Comédie au Conservatoire en 1860, élève de Régnier. Débute à la Comédie française dans le Dépit Amoureux, le 7 décembre 1860. Fait de 1860 à 1886, quarante-quatre créations et a joué tout le répertoire. Quitte la Comédie en 1868, donne des représentations en Europe, 1887 ; en Amérique, 1888-1889. Rentre à la Comédie en 1890 comme pensionnaire, repart 6 mois en Amérique et revient au Français pour créer Thermidor 24 janvier 1891, la Mégère Apprivoisée (19 novembre 1891), quitte définitivement la Comédie en 1892. Tournées en Europe, Amérique créations importantes, surtout Cyrano, auteur de nombreux ouvrages sur le théâtre, joue Jourdain dans le Bourgeois Gentilhomme, et reprend Cyrano et Pontis dans la Maison du Baigneur ».

Programme Théâtre de la Porte Saint-Martin, sans doute à la reprise en 1902.

Coquelin, déjà star des Boulevards, s'est fortement impliqué dans la création de Cyrano, allant jusqu'à louer lui-même le théâtre de la Porte Saint-Martin. Acte après acte, il suivit de très près le travail d'écriture de son ami Edmond, ainsi qu'en témoigne une des nombreuses lettres qu'Edmond Rostand lui envoyait pour lui faire parvenir scène après scène le texte du futur triomphe.

A 56 ans, il obtint le succès que l'on sait, marquant pour toujours les comédiens qui, après lui, reprirent le rôle. Coquelin s'était beaucoup investi et avait investi beaucoup dans la production du spectacle puisqu'il avait loué lui-même le théâtre. Il fut Cyrano des centaines de fois, manquant de peu la millième, d'abord au Théâtre de la Porte Saint-Martin, jusqu'au 26 mars 1899, puis en 1900, 1902 et 1903, avant de l'emmener avec lui lorsqu'il prit la direction du théâtre de la Gaîté. De 1904 à 1907,il continua à être Cyrano, alors qu'il était de retour à la Porte Saint-Martin, et l'emmena jusqu'à New-York, avec Sarah Bernhard en Roxane. Il lança les Non merci ! pour la dernière fois en décembre 1908, - il répétait en même temps - avant de rendre pour toujours son panache quelques jours plus tard, en janvier 1909.

Comédien, directeur de théâtre, organisateur de tournées en Europe et dans le monde, la vie de Constant Coquelin a été marquée par une boulimie de travail et une popularité hors du commun.. Partout dans le monde il a été reçu avec, les rois et les reines le recevaient et le couvraient de cadeaux, on s'empressait autour de lui.

Coquelin était considéré comme un maître, non seulement par le public mais par les comédiens aussi. C'est ainsi que lors d'une querelle opposant un journaliste à la profession, il prit la défense de celle-ci.

Autre trait de son caractère, son souci des vieux comédiens. C'est pour eux, et en y contribuant financièrement lui-même, qu'il fonda la maison de retraite de Pont-aux-Dames, en Seine et Marne dans laquelle il se réserva une chambre. Cette maison de retraite est toujours activité, même si elle n'est plus réservée aux comédiens, et on peut y voir , quelques tableaux et affiches, dont celle de la création. Surtout, dans le fond du parc, on peut aller saluer celui que Rostand baptisa « Le Coq » après qu'il lui eut donné le rôle de Chantecler. C'est là en effet que Constant Coquelin a choisi d'être inhumé.

Son fils et son petit-fils Jean-Paul ont été aussi comédiens.

Son fils Jean, qui joua Ragueneau à la création, et qui est resté deux ans pensionnaire à la Comédie Française, entre 1890 et 1892, présente l'interprétation de son père dans un enregistrement datant de 1943 que l'on peu retrouver dans le très beau CD publié par Audio-France. On y

Son petit-fils Jean-Paul a joué un Cyrano enregistré sur disque (voir à ce nom dans Cyrano sur scènes et sur écrans.)



  Page suivante


  Auteur

 Thomas SERTILLANGES

Thomas SERTILLANGES

Lui écrire


  Galerie






  Lien(s)

»  La voix de Coquelin


Publié le 13 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.