Lundi 24 juillet 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





La tirade des Gueules

Une tentative de pastiche

L'un des morceaux de bravoure les plus connus du théâtre français ne pouvait que connaître l'honneur de la parodie. Les variantes sont nombreuses, de celle du "Vit" à celle des "Anniversaires" (fouillez dans le site pour les retrouver !). Voici maintenant celle des "Gueules".




Tirade des Gueules.


Ah non ! C'est un peu court jeune homme ! On pourrait dire... oh mon dieu ! Bien des choses en somme, en variant le ton, et jouant sur les circonstances. Tenez, par exemple :

Belliqueux : " Moi, Monsieur, si j'avais une telle gueule, il faudrait que de suite je me l'arrangeasse ! "

Prévenant : " Cette gueule doit être lourde à porter ! Pour éviter qu'elle ne tombât, fabriquez-lui un tuteur, avant qu'à terre elle ne se casse ! "

Scientifique : " La recherche génétique, serait-elle si en avance dans votre pays ? Si j'osais, à voir votre gueule, Monsieur, je vous en demanderai un échantillon, afin d'en faire un clone ! "

Agricole : " Monsieur, cette gueule, c'est-y une variété nouvelle, d'un légume inconnu venu d'un pays d'outre-mer ? Gardez-la pour la foire de Paris, à coup sûr vous aurez la médaille au comice agricole ! "

Carnavalesque : " Holà, mon brave ! Ne savez-vous pas, par Saint Marc ! qu'il n'y a qu'une époque pour porter pareil accoutrement ? De suite allez vous jeter du Pont des Soupirs, en attendant le prochain carnaval de Venise ! "

Bouliste : " Cette gueule, c'est un cochonnet ! C'est une boule Marseillaise ! C'est une boule Lyonnaise ! Que dis-je c'est une boule Lyonnaise ? C'est à coup sûr un boulet ! Gare au carreau, la partie sera remise ! "

Suspicieux : " Cette gueule, elle est bien à vous, jeune homme ? Peut-on savoir qui vous l'a donnée ? - Ma mère, Monsieur, après que mon père, dans un premier jet d'ébauche en courbe et droite, l'en eut inspirée ! "

Généalogique : " Mon fils, je t'ai donné mon nom, mais pas ta gueule ! J'ai beau chercher sur mon arbre, aucun ancêtre n'a eu pareille tare ! La nature est capricieuse ! Fasse que tu puisses porter ta gueule aussi bien que ton patronyme, mais je t'en conjure, arrête la lignée ! "

Rugbystique : " Monsieur, si vous allez de Béziers à Bayonne, en passant par Carcassonne et Toulouse; laissez votre gueule au vestiaire ! Car sur le terrain, il y aura suivant le jeu vingt-six ou trente costauds qui feront des pieds et des mains pour la porter sur un plateau, que Le Bret n'eût pas osé présenter à Cyrano pour son festin de macaron, d'eau et de raisin ! "

Astronomique : " De quelle planète venez-vous avec votre gueule Monsieur ? Car j'en suis sûr, je ne vous ai jamais vu sur Terre, même celle du Métèque ne peut lui être comparée ! J'ai beau regarder dans mon télescope, je n'ai pas vu de petits hommes verts, est-ce que Mars attaque enfin ? "

Jaloux : " Je vous envie, Monsieur ! Avec la gueule de rat que vous avez, la nuit comme le jour, vous ne craignez personne, vous faites fuir les mécréants ! Mais le matin à votre tour, comment faites-vous pour ne pas fuir devant le miroir ? "

Dramatique : " Ainsi, Monsieur, vous avez survécu à ces affreux camps ! Mais à quel prix ? Ces médecins maudits n'avaient pas le droit de vous faire une telle gueule ! N'eût-il pas mieux fallu, pour vous et votre gueule, ne pas en ressortir et rester dans la gueule du dortoir ? "

Sportif : " Hep, vous, Monsieur à la gueule bizarre ! Dans une salle, c'est certain, on risque de la confondre avec un punching-ball ! Sur un ring, gardez-vous de monter ! Avec ou sans gant, elle se fera tabasser à coup sûr ! "


Cinématographique : " Monsieur, vous me sauvez la mise ! Dracula est malade, il a la gueule à l'envers à cause d'une dent ! Il ne veut plus tourner et gueule tout le temps : mon sang jaunit, je ne suis pas comme un roc ! Votre prix pour jouer le monstre en attendant qu'il guérisse ? Un bon cachet, je vous assure ! "

Légendaire : " Odin a eu Thor de vous autoriser à quitter le Walhalla ! - Vous vous trompez, Monsieur, Héraclès dans son douzième n'aurait pas dû emmener Cerbère ! Des enfers, je suis revenu en toute liberté ! "

Joueur : " Venez à notre table, Monsieur, il y aura Quasimodo, le Yéti, la créature du docteur Frankenstein; vous serez le quatrième pour jouer au poker menteur, les grimaces sont interdites ainsi que la vérité ! "

Arthurienne : " Êtes-vous donc, Chevalier, celui que le bon roi de Camelot ordonna autour de la table, après recommandation de Merlin fils du Diable ? - Je le suis messire, mais Morgane me jeta un sort ! De noir je dus me vêtir pour cacher ma face, après avoir bu le philtre maléfique jusqu'à la lie du calice ! "

Mythologique : " Ainsi la réalité dépasse le mythe ! Prométhée est resté attaché à son rocher, mais vous, Monsieur, êtes-vous le dernier Titan à avoir trompé la vigilance de Poséidon pour remonter du fond des abysses ? "

Maritime : "Eh ! Vous là-bas, avec la drôle de gueule ! Votre place n'est pas sur le pont ! Vous vous trompez de bâtiment ; retournez à la mer, n'eût-il pas mieux valu ne pas en sortir ? Némo croise dans les parages ! "

Enfin pour la vingtième tirade, parodiant les enfants américains :
" Dis, Monsieur, tu me la prêtes, ta gueule ? Hein ? Tu me la prêtes ? Sinon je te fous un procès ! Si dans ma tournée, je ne récupère pas des bonbons pour la fête de Halloween, à coup sûr je décrocherai le pompon et serai la vedette du voisinage ! "

__ Voilà monsieur, ce que vous auriez pu me dire, si vous aviez eu un peu plus de verve et d'esprit ! Et croyez-moi, je vous aurais laissé achever votre tirade trop heureux pour ma part, d'entendre des phrases si drôles, et j'eusse été bien mal inspiré en disant " Touche pas à ma gueule ! " De crainte, que vous me répondîtes, " Tu vas voir ta gueule à la récré ! "

Quant à ma gueule, je l'aime comme elle est, ni Belle Gueule ! Ni Gueule Cassée ! Je la porte du haut de mes épaules, et tel un étendard, je suis fier de hisser pareil oripeau au sommet !

<b>Note</b>
<i>Note : Ce texte a été retrouvé sans aucune référence. Si vous les  connaissez, n'hésitez pas à nous les préciser. Nous vous en remercions par avance.</i>




Page précédente Page suivante


FRANCE


Publié le 19 / 08 / 2009.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.